Expositions

Les Expositions

PRINTEMPS 2019


Affiche exposition printemps 2019 Manoir

Du 20 avril au 22 juin 2019

 

seront présentés des travaux de  :

Charlotte DENAMUR,
Mireille BLANC,
Lise ROUSSEL,
Philip VORMWALD,
Didier DESSUS

Le vernissage a eu lieu le 20 avril.

EXPOSITIONS PASSÉES

HIVER 2018-2019


Affiche Le MANOIR_Hiver 2018/2019

Du Samedi 24 Novembre 2018 au 31 Mars 2019

 

ont étés présentées à la galerie POUCHON des peintures de

Daniel MATO

Timothée SCHELSTRAETE

Frédéric HOUVERT

Christophe BAUDSON

des sculptures de

Romain Métivier

ainsi que des céramiques de

Nathalie JOVER

Le vernissage a eu lieu de 24 novembre 2018. Le finissage a eu lieu samedi 30 et dimanche 31 mars 2019.
À l'occasion du finissage, un concert du Coco Niess Trio a eu lieu dans les caves du Manoir.

EXPOSITIONS PASSÉES

ÉTÉ 2018

Du Samedi 13 juin 2018 au 13 octobre 2018


Affiche expo Centre d'art Le Manoir été 2018

PIERRE-YVES SAINT-HILLIER : fortement influencé en peinture paysagère par Egon SCHIELE, P.-Y. SAINT-HILLIER connait bien également COURBET pour avoir travaillé au musée éponyme à ORNANS .Il s’est immergé dans la Haute Vallée pour en restituer les curiosités naturelles.

Site de P.-Y. SAINT-HILLIER

ANNE ARQUINT : venant de la Suisse voisine, elle a été séduite par la vallée de la Loue, la puissance de la source, le Manoir et le bâtiment industriel désaffecté proche. À travers ses One Woman Shows, elle se met en scène devant ses peintures auxquelles elle s‘incorpore par la photo, la vidéo et la danse.

ALEX CLAUDE : originaire de la Franche Comté, il développe une peinture de paysage expressionniste et réaliste à la fois mais il n‘est pas un peintre de la réalité. Ses paysages imaginaires sont cependant plus vrais que nature et en les voyant on ne peut pas ne pas songer à COURBET.

Site de Alex Claude

FREDERIC HOUVERT : le Manoir en tant que centre d’art contemporain présentera également aux mêmes dates des peintures de FREDERIC HOUVERT.
Frédéric Houvert et le baroque : chronique du 14 Juin 2018 de Philippe PERRIN PIQUE sur Facebook Centre D’art Le Manoir

frederic-houvert.com

HIVER 2017-2018

Du 16 Décembre 2017 au 1er Avril 2018


Affiche Le Manoir
la collection d’art contemporain des Amis du Manoir

OLIVIER MOSSET, FREDERIC-JOSEPH SANCHEZ, BEN, CATHY JARDON, CHRISTOPHE BAUDSON, JEAN-CHRISTOPHE MASSINON, FREDERIC HOUVERT, MAX & KATHARINA RENNEISEN, LADISLAS KIJNO, MICHEL AUBERT, SYLVIE BONNOT, JOSEF ALBERS.

On été également présentés au premier étage du Manoir des travaux des artistes en résidences passées, actuelles ou à venir : Jean DAUBAS, Alex CLAUDE, Anne ARQUINT, Pierre-Yves SAINT-HILLIER
Il n’y a pas à proprement parler de coïncidences ou d’affinités particulières entre les artistes présentés. C’est précisément de la dé-coïncidence entre eux que naît l’agencement proposé par le commissaire Philippe Perrin.

ÉTÉ 2017

Du 13 mai 2017 au 30 octobre 2017


Max Renneisen / La Baigneuse riante.
Huile sur toile, 100 x 60 cm. 2016
Max Renneisen L’Oiseau / Huile sur toile, Diamètre 80 cm 2016
Katharina Renneisen / Tronc du Bouquet de la Reine Amélie / Huile sur photographie argentique, 99 x 79 cm 2016
Katharina Renneisen / La Grotte Béatrix / Huile sur photographie argentique, 39 x 49 cm 2016
BONJOUR, MONSIEUR COURBET !

Max & Katharina Renneisen

Gustave Courbet fut un peintre provocateur et controversé, résolument en marge des conventions. Son travail a souvent été qualifié de complexe et de multiforme, pour ne pas dire ambigu, voire même inclassable.

Et pourtant, s'il y a un thème qui caractérise l'oeuvre de Courbet dans son ensemble, c'est la Nature: celle dans laquelle les hommes et les animaux vivent mais aussi la grande Nature qui s'impose pour elle-même.

Né et élevé dans la vallée de la Loue, Courbet peint très tôt les paysages de la Franche-Comté avec ses falaises rocheuses, ses forêts, ses sources et ses rivières. De nombreux voyages lui permettent d'élargir sa palette géographique en direction des côtes françaises et de la mer.

La Nature et la relation que les hommes entretiennent avec elle sont au cœur de "Bonjour, Monsieur Courbet!", la première exposition en France de Max et de Katharina Renneisen. Les œuvres présentées par ces deux artistes berlinois multiplient et entrecroisent les relations avec l'oeuvre de Courbet.

Les peintures de Max Renneisen empruntent les motifs du nu féminin et de l'eau pour proposer une interprétation contemporaine d'un thème classique déjà exploré par Courbet avec ses baigneuses. Max Renneisen reprend des modèles photographiques du monde moderne qu'il place dans des paysages côtiers et marins artificiels que l'on retrouve aussi bien chez Courbet que chez Jean-Jacques Henner, Camille Corot, ainsi que chez d'autres peintres du XIXème siècle. Il en résulte des œuvres dans lesquelles le nu féminin et les possibilités de représentation de la Nature deviennent une fin en soi. La confrontation de corps modernes dénudés avec des paysages directement empruntés à l'histoire de la peinture est l'occasion de relancer la réflexion sur les relations entre les hommes et la Nature.

Le paysage pur est l'objet du travail présenté par Katharina Renneisen. Elle retrouve le répertoire classique des motifs qui trame les arts visuels depuis que des peintres comme Courbet, Corot, mais aussi le cercle Barbizon et des photographes tels que Gustave Le Gray, Charles Marville et Eugène Cuvelier ont fait du paysage natal la matière de leur art et élevé ainsi à une puissance nouvelle le genre artistique du paysage.

Katharina Renneisen fait tendre à la limite d'une synthèse pure les affinités thématiques et esthétiques qui existaient alors entre la peinture et la photographie. Partant de motifs photographiés avec un appareil analogique grand format, elle crée des impressions de gélatine argentée qu'elle colorie ensuite à la peinture à l'huile. Cette combinaison originale de techniques traditionnelles en peinture et en photographie ouvre une nouvelle esthétique qui échappe à la photographie numérique. La prise photographique saisit la Nature à un instant donné dans la variété infinie de ses détails et la peinture à l'huile permet d'en proposer une interprétation ultérieure pour aboutir à la création de paysages universels: ceux-là mêmes que n'a cessé de poursuivre Gustave Courbet.

Partager :