Résidence

les résidences

un lieu de vie et de travail

pour les artistes


Durant l'hiver 2018/2019, Le Manoir en résidence accueille 3 artistes :

Thierry Milliotte

Thierry Millotte (graphiste chez ARTE Strasbourg)

Photographe, qui photographie derrière un rocher la nuit des lieux naturels insolites après avoir allumé un feu de bois. L'idée est de lui demander de pratiquer son protocole dans les lieux insolites de la vallée de la Loue. La démarche s'inscrit dans la tradition celte millénaire de la fête des failles fêtée chaque année à Mouthier Hautepierre lors du solstice d'hiver.

Dimitri Vazemski

Écrivain, plasticien et artiste conceptuel, lequel, au lieu de peindre sur le motif, propose des inscriptions sur le paysage. L’inscription retenue réalisée en lettres de bois rouge, sera un message à Gustave Courbet .

Simon Rayssac

Immergé dans la vallée de la loue, réalisera une dizaine de peinture qui seront présentées lors de l’exposition de l’été 2019 en hommage à Gustave Courbet dont le bicentenaire de la naissance sera fêté le 10 juin 2019.

RÉSIDENCES PASSÉES


HIVER 2017/2018

Anne ARQUINT

Venant de la Suisse voisine, elle a été séduite par la vallée de la Loue, la puissance de la source, le Manoir et le bâtiment industriel désaffecté proche.
À travers ses One Woman Show, elle se met en scène devant ses peintures auxquelles elle s‘incorpore par la photo, la vidéo et la danse.

Alex CLAUDE

Originaire de la Franche Comté, il développe une peinture de paysage expressionniste et réaliste à la fois mais il n‘est pas un peintre de la réalité.
Ses paysages imaginaires sont cependant plus vrais que nature et en les voyant on ne peut pas ne pas songer à COURBET.
L‘idée de la résidence est de l‘immerger dans la haute vallée de la Loue et de revisiter en peinture les sites peints par le maître d‘Ornans.
alexclaude.carbonmade.com

Pierre-Yves SAINT-HILLIER

Fortement influencé en peinture par Egon SCHIELE, P.-Y. SAINT-HILLIER connait bien également COURBET pour avoir travaillé au Musée éponyme à ORNANS.
Il entend désormais s’immerger dans la Haute Vallée pour en restituer les curiosités naturelles.
Site de P.-Y. SAINT-HILLIER